Le cadran solaire

             Ce cube qui attisa pour longtemps ma curiosité d’enfant m’a semblé, qu’une main géante l’a ramené de quelque part et l’a posé bêtement et sans aucune raison dans cet endroit et dans cette ville. J’avais du mal à comprendre son utilité. Tout le monde l’ignorait et fait semblant de ne pas le voir.. Et pourtant il se trouvait là au centre du centre de la ville. Sa disposition qui cadrait mal avec le tracé des deux rues qui le contournèrent me causait un problème d’adéquation, à la fois de géométrise pour moi qui était assez à cheval dans cette matière et de situation pour moi toujours qui était obsédé jusqu’à la hantise de garder des repères toujours vivaces dans ma mémoire afin de maintenir le cap de ma vie. Ce cadran dont on dit qu’il avait une belle clôture démolie par un chauffard négligent conduisant un camion Berliet…Et puis ce qui me m’intriguait le plus c’est cette cassure qui marquait le haut du cadran, de l’élément incrusté au cadran qui devait donner l’ombre à l’horloge dessinée sur sa face principale orientée vers le Sud… C’était ingénieux et instructif non pas à donner l’heure puisque les montres inventées des siècles avant pouvaient indiquer l’heure pour ceux qui en avait un besoin utile à connaitre l’heure du jour comme de nuit, autrement pour un pays sous développé comme le notre, l’heure comme le temps en général, n’a aucune utilité ni signification, mais instructif dans un sens pédagogique d’abord, afin de connaitre au moins la localisation géographique à l’époque parce que maintenant n’importe quel Smartphone sans citer Google Earth, peut te donner ta propre localisation dans le globe et pas seulement de ta ville, , mais et surtout à inculquer aux jeunes de la ville, une passion pour l’astronomie et permettre la création d’un immense mouvement associatif d’amateurs et de passionnés d’astronomie. Hélas cela n’a pas été le cas, et dans toute ma vie scolaire d’enfant, on en a jamais fait allusion à ce cadran ni organisé une sortie scolaire pour cette horloge, afin d’éveiller en nous un amour pour l’astronomie.
Ce cadran bien qu’il soit unique dans la région, il en reste que les anglais en faisaient un mode de temps en l’ayant des leurs jardins et châteaux, 
Mais pour l’enfant que j’étais, ce qui me frappa le plus, est l’existence d’inscription en arabe avec une calligraphie qui me renvoyait tout de go vers ces talisman que transcriraient les Taleb…Les hertz qui étaient très répandus à l’époque, accrochés à l’aisselle de certains enfants… Et je me disais alors quel rapport existait alors entre le Taleb et le cadran.. Il devait à coup sur exister une relation quelque part maléfique qui devait entourer ce cube dressé là à meubler le décor quotidien des passants. Je n’y arrivais pas à cerner le mystère caché peut être sous les fondations de cette bâtisse qui désormais avec ce lien au Taleb, elle me paraissait bizarroïde et m’inspirait une certaine superstition pareille à celle que j’avais quand je passais devant cette villa qu’on disait hantée. Enfant pour moi, le Taleb était synonyme de sorcier du mal qui devait faire des Herzl (Diar ou Diour) pour faire souffrir les gens. Et depuis lors, ce cadran me donnait des frissons à chaque fois j’y passais devant par inadvertance car la plupart du temps je l’évitais carrément. Qu’est ce que faisait cette inscription en arabe dans ce cadran conçu et réalisé par les français. Pourquoi mon Dieu, les français ont jugé utile de se souvenir des arabes à leur époque et le honorer par cette inscription écrite par leur langue et tirée de leur livre sacré car il s’agit d’un verset coranique bien choisis qui ornait le cadran…Tant de mystères entoura pour moi ce petit monument…En grandissant et ayant vécu toutes les péripéties qu’a connu la ville par la main dévastatrice, je me disais pourquoi après avoir démoli tant d’édifice mémoriaux de cette ville, ils n’ont jamais osé abattre ce cube. J’arrivais à la conclusion que la mémoire collective de cette ville, savait qu’il y avait quelque chose de maléfique, un signe indien, qui érige un grand écran contre l’ouverture d’esprit des habitants de cette ville… Il y a bien eu une tentative de le réhabiliter et réparer l’élément qui donne l’ombre mais depuis aucun intérêt ne se manifesta pour le transformer comme attraction pour enfants afin de les initier dès leur jeune âge à la passion pour l’astronomie. C’était dans le cadre dune une campagne comme bien d’autres
Je dis cela en guise d’objection de conscience autrement je persiste dan ma superstition à propos de ce malheureux cube qui ne devrait pas être posé là par une main géante ou bâtie, dans cet endroit qui n’était et il n’est toujours pas indiqué. En effet tout d’abord cet emplacement est situé au droit d’un trottoir lieu de passant pressés par définition et pas de promenade pour attirer des curieux à s’intéresser de plus près au cadran et prendre tout leur temps pur ce. On aurait du au moins orienter sa face principale coté Place Émir AEK (Sur Laplace pour les initiés) les gens auraient alors tout l’espace et le temps voulu pour le regarder avec curiosité intéressée sans être gênées par les passant pressés. Mais pour moi, je persiste à croire qu’il cache sous ses pieds (fondations) un secret crypté dans un parchemin bien roulé et enfouis à un mètre du sol. On doit faire appel à des expert Taleb marocains pour trouver ce parchemin(des Benesness). 
Les habitants de cette ville doivent se réjouir de ne pas être les seuls à mal situer les monuments et statues dans leur endroits adéquats puisque cela est constaté à travers tout le pays…IL y qu’à voir cette aberration humiliante commise à Mostaganem qui ont monté la statue de ce monument du théâtre algérien Kaki, dans un carrefour de la périphérie de leur ville.. Une insulte pour cet homme de l’histoire du théâtre algérien… On se demande à part l’égo du responsable administratif qui l’a décidé ainsi, elle serait destinée pour qui cette statue. ? Par définition une statue doit être montée dans un endroit fréquenté et à échelle d’homme afin d’apprécier l’art de la sculpture et de s’en rappeler quotidiennement du personnage pour qui on a dédié la statue… Dans ce carrefour donc lieu pour véhicules par excellence que va-t-on voir à des dizaines de mètres de cette statue et s’il s’agit d’une route giratoire où va-t-on se garer pour aller contempler cette statue. Qui va faire tout cet effort pour aller de découvrir une statue si jamais on ne sait même pas de qui il s’agit.
La statue de Kaki, que Dieu ait son âme, est une autre affaire qui ne concerne pas directement le cadran de notre ville…que je persiste et signe qu’il renferme dans ses entrailles un secret qui l’a fait sauver de la démolition.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.